Favoris Envoyer une demande
Créer une alerte mail
Vos informations

* Champs requis

Ce que vous recherchez

Achat

Location

Veuillez cocher au moins une case

Villa

Appartement

Veuillez cocher au moins une case

Antibes - Cannes

Cap Ferrat - Beaulieu

Monaco et environs

Nice

Saint Paul et environs

St Tropez et environs

Villefranche

Veuillez cocher au moins une case

< 1 000 000 €

De 1 000 000 € À 3 000 000 €

De 3 000 000 € À 10 000 000 €

> 10 000 000 €

Veuillez cocher au moins une case

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10+

Veuillez cocher au moins une case

Villas à vendre à Nice



Architecture niçoise

Le parc immobilier de la ville de Nice est constitué pour environ 90% d’appartements et d’environ 10% de maisons. La ville de Nice nous offre une riche panoplie d’architecture allant du Palais Belle Epoque, du Palais Mauresque, de l'immeuble haussmannien, de l'immeuble Niçois type Turinois, des résidences des années 70 à la résidence de luxe moderne avec des profondes terrasses ou des villas sur le toit.

L'arrivée du chemin de fer en 1864 et le développement administratif français à partir de 1860 (date de l'annexion du Comte de Nice par la France) ont attiré des touristes de tous les pays jusqu’à la première guerre mondiale. Les architectes actifs à Nice entre 1860 et 1930 étaient soit des étrangers soit des locaux. Sa population cosmopolite fait de Nice un cas unique d’urbanisme et d’architecture dans lesquels les influences se mélangent. Parmi les architectes étrangers figure Dettloff. Ses œuvres sont très diverses, allant du style mauresque (villa Raphaël-Suvang) à la villa balnéaire comme on peut en trouver à Biarritz et Deauville, ou encore des immeubles tels que le Palais Victor Hugo. Cet architecte construit aussi bien de grandes villas et de beaux immeubles que de grands palaces comme le Parc Impérial. L’architecte Tersling resprésente les pays du Nord dans l’architecture de Nice. Un de ses chefs-d’œuvre est la villa Massena. La première période d'expansion de Nice (1860-1900) est dominée par le niçois Biasini inspiré par la Renaissance italienne. Ses principaux édifices sont des commandes émanant d'hivernants extérieurs à la région, voire étrangers: Belges, Anglais ou Russes.

La génération suivante (1900-1914) est dominée par une autre personnalité niçoise, Charles Dalmas. On lui doit plusieurs Palaces comme le Royal (1906), l'Hermitage (1906), le Winter Palace (1901), le Grand Palais(1911), ou encore le Palais de la Méditerranée en 1928. Dalmas a su mélanger la tradition méridionale des toits plats, des frises et stucs, des persiennes, avec les influences les plus récentes du néo-classicisme parisien et international. La période entre 1950 et 1970 est caractérisée par une urbanisation accélérée et correspond aux exigences récentes avec des immeubles de standing aux terrasses profondes.

Villas-musées de Nice

Plusieurs villas à Nice accueillent aujourd’hui le public et sont transformées en musée. A Cimiez, la « Villa des Arènes » anciennement le « Palais Gubernatis » héberge aujourd’hui le Musée Matisse. Paul Matisse lui-même y a séjourné. La villa Arson est aujourd’hui un musée d’art moderne. La Villa Kotschoubey de l’architecte Constantin Scala, est devenu le musée des beaux-arts de Nice. La bibliothèque municipale, Boulevard Dubouchage, était à l'origine une villa, construite en 1870. « Le Palais de Marbre » sur l’avenue de Fabron, construit en 1872-1874 par Sébastien-Marcel Biasini avec une architecture allant du néo-gothique au néo-classique abrite depuis 1960 les archives municipales. Le musée des beaux-arts, sur l’avenue des Baumettes, a été construit en 1878 par Constantin Scala. Le musée est dû à une initiative de Napoléon III. Grâce à des donations, il abrite des œuvres allant du XVIe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle.

Panoplie de styles

Le style architectural des villas de Nice sont variés. Dans le quartier des Musiciens nous trouvons des villas de la Belle Epoque dont la villa « La Belle Epoque » située Rue Cronstadt. Michel de Tarnowski, un sculpteur, en est l’architecte. Les angles de ses villas, appelées ‘Palaces’ au carrefour des rues sont très souvent surmontés d'une coupole. Le Régina ‘Palace’ à Cimiez est un exemple typique de cette architecture.

Beaucoup d’immeubles et de villas à Nice ont été construits durant les années 1880-1890. Sur l’avenue Jean Médecin, l'immeuble du Crédit lyonnais de style palladien et classique date de 1882. L'opéra de Nice, situé rue Saint-François-de-Paule dans le vieux Nice a été construit en 1884. Son architecture reflète un mélange du style Second Empire et l’influence italienne.

Aucun bien disponible.

Architecture niçoise

Le parc immobilier de la ville de Nice est constitué pour environ 90% d’appartements et d’environ 10% de maisons. La ville de Nice nous offre une riche panoplie d’architecture allant du Palais Belle Epoque, du Palais Mauresque, de l'immeuble haussmannien, de l'immeuble Niçois type Turinois, des résidences des années 70 à la résidence de luxe moderne avec des profondes terrasses ou des villas sur le toit.

L'arrivée du chemin de fer en 1864 et le développement administratif français à partir de 1860 (date de l'annexion du Comte de Nice par la France) ont attiré des touristes de tous les pays jusqu’à la première guerre mondiale. Les architectes actifs à Nice entre 1860 et 1930 étaient soit des étrangers soit des locaux. Sa population cosmopolite fait de Nice un cas unique d’urbanisme et d’architecture dans lesquels les influences se mélangent. Parmi les architectes étrangers figure Dettloff. Ses œuvres sont très diverses, allant du style mauresque (villa Raphaël-Suvang) à la villa balnéaire comme on peut en trouver à Biarritz et Deauville, ou encore des immeubles tels que le Palais Victor Hugo. Cet architecte construit aussi bien de grandes villas et de beaux immeubles que de grands palaces comme le Parc Impérial. L’architecte Tersling resprésente les pays du Nord dans l’architecture de Nice. Un de ses chefs-d’œuvre est la villa Massena. La première période d'expansion de Nice (1860-1900) est dominée par le niçois Biasini inspiré par la Renaissance italienne. Ses principaux édifices sont des commandes émanant d'hivernants extérieurs à la région, voire étrangers: Belges, Anglais ou Russes.

La génération suivante (1900-1914) est dominée par une autre personnalité niçoise, Charles Dalmas. On lui doit plusieurs Palaces comme le Royal (1906), l'Hermitage (1906), le Winter Palace (1901), le Grand Palais(1911), ou encore le Palais de la Méditerranée en 1928. Dalmas a su mélanger la tradition méridionale des toits plats, des frises et stucs, des persiennes, avec les influences les plus récentes du néo-classicisme parisien et international. La période entre 1950 et 1970 est caractérisée par une urbanisation accélérée et correspond aux exigences récentes avec des immeubles de standing aux terrasses profondes.

Villas-musées de Nice

Plusieurs villas à Nice accueillent aujourd’hui le public et sont transformées en musée. A Cimiez, la « Villa des Arènes » anciennement le « Palais Gubernatis » héberge aujourd’hui le Musée Matisse. Paul Matisse lui-même y a séjourné. La villa Arson est aujourd’hui un musée d’art moderne. La Villa Kotschoubey de l’architecte Constantin Scala, est devenu le musée des beaux-arts de Nice. La bibliothèque municipale, Boulevard Dubouchage, était à l'origine une villa, construite en 1870. « Le Palais de Marbre » sur l’avenue de Fabron, construit en 1872-1874 par Sébastien-Marcel Biasini avec une architecture allant du néo-gothique au néo-classique abrite depuis 1960 les archives municipales. Le musée des beaux-arts, sur l’avenue des Baumettes, a été construit en 1878 par Constantin Scala. Le musée est dû à une initiative de Napoléon III. Grâce à des donations, il abrite des œuvres allant du XVIe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle.

Panoplie de styles

Le style architectural des villas de Nice sont variés. Dans le quartier des Musiciens nous trouvons des villas de la Belle Epoque dont la villa « La Belle Epoque » située Rue Cronstadt. Michel de Tarnowski, un sculpteur, en est l’architecte. Les angles de ses villas, appelées ‘Palaces’ au carrefour des rues sont très souvent surmontés d'une coupole. Le Régina ‘Palace’ à Cimiez est un exemple typique de cette architecture.

Beaucoup d’immeubles et de villas à Nice ont été construits durant les années 1880-1890. Sur l’avenue Jean Médecin, l'immeuble du Crédit lyonnais de style palladien et classique date de 1882. L'opéra de Nice, situé rue Saint-François-de-Paule dans le vieux Nice a été construit en 1884. Son architecture reflète un mélange du style Second Empire et l’influence italienne.