Vous connaissez la ville de Beaulieu sur mer ? Cette commune qui a su conserver son calme et son charme d’antan si particulier. Si vous avez envie d’en apprendre plus sur son histoire, lisez cet article.

Beaulieu faisait partie de Villefranche sur mer

En 1860, lorsque le Royaume de Savoie est annexé à la France, Beaulieu devient Gaulois. Beaulieu à l’époque fait partie de la municipalité de Villefranche sur mer. En 1886, sous l’incitation des grandes familles locales comme celle de François de May, Hippolyte Marinoni, Charles Lotter (directeur de ‘La Réserve’), Eugène Giorgio (futur maire de Beaulieu sur Mer), Gabriel Gras (vicaire de Beaulieu) et d’autres personnalités telles que la comtesse de Gray, le comte de Foy, Goubareff, une pétition pour le détachement dans une municipalité indépendante a été écrite.

Une Commission syndicale de trois membres a exprimé dans un rapport du 14 novembre 1888 un avis favorable sur le projet de séparation. Le 24 août 1888, le Conseil général votera en faveur du projet qui sera porté en 1890 devant le Conseil d’État qui donne son approbation et le 31 janvier 1891. La Chambre des députés a ainsi voté l’autonomie de Beaulieu sur mer en séparant Beaulieu de la municipalité de Villefranche sur mer.  Le 18 juillet de l’année 1891 le Sénat ratifie la Loi et le 23ième Président Sadi Carnot promulgue la Loi. Un plan annexé à la législation délimite les deux municipalités.

Politiquement, le véritable défenseur de la mission était le vicomte François de May, né à Nice en 1834 d’une ancienne famille niçoise et assisté par Alfred Borriglione, le maire adjoint très populaire de Nice soutenu par le journal « le petit Nice ».

Les élections qui ont eu lieu le 20 septembre 1891 ont vu le triomphe de la liste d’Hippolyte Marinoni obtenir l’unanimité des votes si fort était le désir de séparation de la tutelle de Villefranche.

L’amour de Marinoni pour Beaulieu sur mer

Du 27 septembre au 15 octobre 1891, Hippolyte Marinoni fut le premier maire élu de Beaulieu. On aurait pu penser qu’en industriel parisien et inventeur de la presse rotative plieuse et directeur du « petit journal « , il cherchait un intérêt politique ou financier, mais il a quitté ses fonctions après seulement 19 jours.

Il est difficile de trouver un homme si désintéressé financièrement et politiquement comme Hippolyte Marinoni. Malgré ses affaires à Paris, il a continué à doter Beaulieu de ses largesses jusqu’à la fin de ses jours, en distribuant de l’argent aux plus pauvres, en payant les travaux routiers et tout cela sans rien attendre en retour. En tant que véritable mécène de Beaulieu, il financera une école, la station, les égouts et participera au financement du port.

Beaulieu, un endroit convoité

Trois événements majeurs dans la vie de Beaulieu sur mer provoqueront l’augmentation du tourisme. Il s’agit de la construction de la route en 1861, les chemins de fer en 1864 et le tramway de 1900 à 1931.

Beaulieu devient alors une célèbre station balnéaire et climatique. A cette époque nous voyons de nombreuses constructions hôtelières, il n’y a pas moins de 82 hôtels à Beaulieu en 1898 et certains palaces de luxe comme le Bristol (1898), La Réserve (1880), l’hôtel des anglais, la métropole (1892) en 1929 fut construit le Casino.

En 1894 la première pierre de l’église anglicane « St Michael Church » a été posée et elle fut achevée en 1903 et consacrée par l’archiprêtre de York. La population augmente toujours et la construction d’une nouvelle église a été décidée en 1899 et consacrée en 1903. Le clocher de cette église date de 1908, et en 1927 elle agrandit davantage avec un porche.

De nombreux chefs couronnés et d’autres célébrités et industriels du monde entier fréquentent Beaulieu sur mer. Les reines d’Italie et du Portugal, d’Angleterre: Victoria (1843) le roi des belges: Léopold II, Guillaume II de Prusse, l’impératrice Eugénie, le Prince de Galles, le marquis Salisbury (1885-1902), le premier ministre britannique), le comte Tolstoï, le duc de Connaught, Theodore Reinach (initiateur de la Villa Kerylos), Gordon Bennet (Villa Mamawa et propriétaire du New York Herald), Gustave Eiffel (Villa salles), Léon Tolstoï (écrivain), Stravinsky (qui composa son ballet Petrouchka à l’hiver 1910-1911), Scott Fitzgerald.

En avril 1945, le général de Gaulle a séjourné dans une villa sur le boulevard Déroulède et c’est là où il a écrit son discours de la libération de Nice.

Pendant la seconde guerre mondiale, la Rotonde devint un hôpital et accueillait la première division française libre (LDF). Certains hôtels ne survivront pas la guerre comme le Bristol et le Motel anglais qui deviendra plus tard ‘le Palais des anglais’ et qui seront vendus en appartements.

Aujourd’hui, Beaulieu conserve encore son calme et son charme d’antan en raison d’une architecture « Belle Epoque », de beaux paysages, de deux grandes plages : « La petite Afrique » et « La baie des fourmis », et ses deux ports. En dépit d’être situé à seulement 7 kilomètres de la ville métropolitaine de Nice, le bord de mer de Beaulieu se caractérise par sa tranquillité et son architecture qui est en ligne avec la « promenade des anglais » de Nice, principalement construit dans les années 1800. De beaux hôtels et un cadre exclusif avec des magasins et des restaurants et un marché provençal sur la place centrale la Place Marinoni.

Source: www.beaulieusurmer.fr/decouvrir-beaulieu-sur-mer/histoire

Vous aimez cette commune et avez un projet d’achat ou de location, retrouvez l’ensemble de nos biens immobiliers à Beaulieu sur mer: https://www.haussmannrealestate.com/buying/apartment/cap-ferrat-beaulieu/

Ajouter un commentaire